Service Presse

Débat d’orientations budgétaires : les dépenses d’investissement dépasseront les dépenses de fonctionnement en 2019

Stéphane Salini, Vice-président chargé des Finances et de l’Evaluation des politiques publiques à la Région Île-de-Fance, a présenté ce jour en séance du conseil régional, le rapport sur le débat d’orientations budgétaires pour 2019.

Le débat d’orientations budgétaires pour 2019 se déroule dans un contexte particulièrement contraint pour les finances régionales. Si les recettes régionales devraient se stabiliser au niveau du budget 2018, l’inflation devrait rester très dynamique en 2019 (1,4 %). Cette contraction s’inscrit dans un contexte plus large d’incertitudes sur les recettes déjà volatiles de la Région : plusieurs réformes (telles que la territorialisation de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises - CVAE) pourraient se traduire, à terme, par une baisse importante des recettes régionales et la Région doit également composer avec le désengagement de l’Etat, notamment sur le contrat de partenariat Etat-Régions (CPER).

La Région fait le choix de continuer à privilégier l’investissement au fonctionnement, comme elle l’a fait depuis l’arrivée de Valérie Pécresse, Présidente de la Région, et du nouvel exécutif il y a 3 ans.

Ainsi, dans le projet de budget 2019, qui sera présenté prochainement, les dépenses d’investissement dépasseront les dépenses de fonctionnement, alors qu’elles ne représentaient que 40 % du budget en 2015. En 2019, les dépenses de fonctionnement connaîtront une nouvelle diminution de 2 %, soit 320 M€ de dépenses en moins par rapport à 2015. Ce nouvel effort porte le montant des économies cumulées depuis le début de la mandature à plus d’1 Md€, soit une économie de 204 € par ménage francilien.

La Région redevient pleinement une collectivité d’investissement. Ses dépenses d’investissement se maintiendront à un niveau élevé dépassant les 2 Md€ (1,9 Md€ en 2018), en hausse de +7 %. En 4 ans, cela représente un surcroît d’investissement cumulé de plus de 1,5 Md€ par rapport à 2015, principalement dans les domaines suivants :

- Soutien à la transformation écologique avec l’ambition d’améliorer sans cesse la qualité de vie des Franciliens (transports, qualité de l’air, efficacité énergétique, développement économique…).

- Accompagnement de la réussite pour tous (lycées, formations sanitaires, recherche et enseignement supérieur…).

- Réduction de toutes les fractures, notamment territoriales et sociales (Région solidaire, logement, renouvellement urbain, ruralité…)

L’emprunt d’équilibre sera inférieur à celui des années précédentes (moins de 800 M€) et la capacité de désendettement de la Région se maintiendra aux alentours de 7 ans, soit un niveau nettement inférieur aux exigences de l’Etat fixées en loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022 (9 ans). Le taux d’épargne brute restera supérieur à 20 % et la capacité d’autofinancement très nettement supérieure à 50 %.

Stéphane Salini a déclaré : « Nous avons, avec Valérie Pécresse, poursuivi un cap ambitieux cette année, qui traduit trois années d’efforts en dépenses de fonctionnement et une baisse de l’emprunt d’équilibre en 2018. Notre priorité est de renforcer les investissements d’avenir utiles aux Franciliens, notamment dans des transports de qualité et une transformation écologique de la Région, afin de réduire toutes les fractures et de promouvoir l’excellence de notre territoire. »

Si les orientations budgétaires sont la mise en place d’une politique d’investissement sur le long terme, l’évaluation des politiques publiques régionales revêt un enjeu essentiel qui permettra à la Région d’être plus efficiente et de répondre plus efficacement à l’attente des Franciliens pour des services de qualité.

Par ailleurs, la Région poursuivra la politique de modernisation de son administration, avec notamment en 2019 la poursuite du déménagement de tous les services sur le site unique de Saint-Ouen.

Ces les marchés financiers. En 2018, l’agence Standard & Poor’s a relevé la perspective de la Région de stable à positive. Les agences Fitch et Moody’s ont attribué respectivement les notes AA, perspective stable, et Aa2, perspective positive, soit le meilleur score possible car la notation des administrations publiques est plafonnée au niveau de celle de l’Etat. A l’automne 2018, elles relèvent ainsi « [sa] gouvernance de qualité, caractérisée par la rigueur de sa prévision et de son exécution budgétaire et de sa gestion de la dette. (…) la région poursuit une politique d’optimisation de sa gestion immobilière. » (Fitch) et « un cadre solide de gouvernance et des pratiques saines et rigoureuses de gestion financière, mais aussi un accès indiscuté aux marchés financiers » (Moody’s).

La Région bénéficie en outre de la confiance des marchés, comme le prouve le franc succès de ses émissions publiques vertes et responsables (lors de l’émission 2018 de 500 M€, le livre d’ordre a dépassé le double du montant émis).

 

Contact presse : servicepresseatiledefrance [dot] fr - 01 53 85 66 45