Île-de-France sans sida : le combat continue

La Région Île-de-France poursuit sa lutte contre le virus du sida en diffusant massivement des autotests aux jeunes, en soutenant la recherche en infectiologie, les associations de terrain et en proposant des actions de sensibilisation avec le Crips.
Les chiffres de l'ORS de décembre 2018

Comme chaque année à l’approche de la Journée mondiale de lutte contre le sida, l’ORS (Observatoire régional de santé) rassemble et met à jour les principales données de l’épidémie de VIH dans la région. Parmi les résultats marquants : l'Île-de-France reste toujours la région de France métropolitaine la plus touchée par le VIH avec des taux d'incidence estimés près de 4 fois supérieurs à ceux du reste de la France métropolitaine ; les départements de Paris et de Seine-Saint-Denis se démarquent par des taux d’affections de longue durée 7 VIH hommes et femmes les plus importants de la région.

L’Île-de-France reste la région de France métropolitaine la plus touchée par l’épidémie de VIH-sida, concentrant 44% des personnes ayant découvert leur séropositivité, et près de 1/3 des personnes vivant avec le VIH en France. Face à ce constat, la Région a fait sienne depuis 2016 la stratégie de l’ONUSIDA, qui ces objectifs à atteindre d’ici à 2020 :

  • 90% des personnes vivant avec le VIH doivent connaître leur statut,
  • 90% des personnes vivant avec le VIH et connaissant leur statut doivent recevoir un traitement,
  • 90% des personnes sous traitement doivent avoir une charge virale supprimée, avec, à terme, l’objectif d'éradiquer l’épidémie.

Les élus régionaux se sont prononcés, en juin 2016, en faveur d'un engagement régional fort dans la lutte contre le sida : « Pour une Île-de-France sans sida »  (#RégionSansSida)

 

2.500 personnes sont diagnostiquées séropositives chaque année en Île-de-France.

 

Les actions concrètes de la Région pour lutter contre le sida

 

Journée mondiale de lutte contre le sida

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, ce 1er décembre 2018, le Crips Île-de-France et la Région s’associent à vih.org pour la publication de « VIH en 2019, les clefs pour comprendre ». Cette année, à l'occasion du #1erDécembre, Le Crips propose également de répondre aux questions des internautes en messages privés et vidéo sur Twitter #leVIHkesako

La Région ambitionne de distribuer 10.000 autotests

2.000 ont déjà été distribués depuis juin 2017 et 2.000 nouveaux sont en cours de déploiement, auprès de 5 associations habilitées à les distribuer auprès des publics cibles.

 

« Il ne faut jamais relâcher notre attention sur le virus. La recherche pour trouver un vaccin se poursuit, j'ai l'espoir que le vaccin contre le sida sera trouvé en Île-de-France, c'est en tout cas notre ambition ! » Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France.

 

Information et prévention pour les jeunes Franciliens
Il existe au niveau régional de nombreux relais de proximité pour s'informer sur le sida. Une carte de ce réseau est consultable en ligne sur ipasscontraception

Le Crips reçoit 3 M€ cette année pour de la prévention quotidienne en île-de-France

En pointe sur les nouveaux modes de prévention et de dépistage qui se sont développés ces dernières années, le Centre régional d’information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes (Crips) est notamment très engagé dans la prévention auprès des jeunes. Il intervient sur l'ensemble du territoire francilien dans les lycées et les CFA, les structures accueillant des publics vulnérables, et sensibilise chaque année plus de 200.000 adolescents et jeunes adultes à la prévention. L’organisme, financé par la Région, est également reconnu pour son rôle dans la prévention des infections sexuellement transmissibles (IST), des hépatites, des consommations de drogues et des comportements à risque chez les jeunes.
Il assure une nouvelle formation pour les élèves infirmiers et travailleurs sociaux sur les questions du sida, l’accompagnement social et médical tout au long de la vie des personnes vivant avec la maladie, grâce à des formateurs relais qui interviennent dans 5 établissements franciliens auuprès des futurs professionnels du médico-social.

 

En novembre 2018, la Région a décidé de soutenir 7  actions de lutte contre le VIH, pour 159.000 € 

23.000 € pour l’association ADSF (développement santé des femmes), qui mène des maraudes en hôtels sociaux, bidonvilles, centres d'accueil et d'hébergement et dans les rues, pour rencontrer des femmes éloignées d'une prise en charge de leur santé. Elle leur propose un accompagnement, une écoute et assure des actions de dépistage des cancers féminins et des IST, notamment des tests rapides d'orientation diagnostic (TROD).
23.000 € pour l’association Sol en si (solidarité enfants sida), qui développe des lieux d'accueil, de rencontres et d'échanges pour enfants et adultes concernés par le sida en assurant un soutien matériel, physiologique et humain. La subvention a vocation à sensibilisation des jeunes aux questions de prévention en Seine-Saint-Denis (93).
15.000 € pour l’association Basiliade, qui accueille et accompagne les personnes concernées par la maladie et en situation de grande précarité : insertion professionnelle et sociale, accueil, écoute, hébergement, soutien thérapeutique ainsi que des soutiens à l'hébergement ou encore thérapeutiques.
23.000 € pour l’association Dessine-moi un mouton, qui soutient les projets de vie et les parcours de soins des enfants et des jeunes touchés par les maladies chroniques, dont le VIH. Elle assure un lien entre l'hôpital et la vie quotidienne.
23.000 € pour l’association ELCS (Elus locaux contre le sida), constituée d'élus, d'usagers et de patients, qui sensibilise les politiques et collectivités à la lutte contre le VIH et les hépatites virales. Elle vient en aide aux personnes touchées par la maladie en portant leurs demandes et besoins au niveau politique.
12.000 € pour l’association le Comité des familles, qui a pour but d'informer le grand public, les jeunes et les populations issues de l'immigration sur les questions du VIH, et de favoriser l'acquisition de compétences d'auto-soins pour aider les patients à gérer la maladie en trouvant les bonnes ressources médicales.
40.000 € pour l’association Robert Debré pour la recherche médicale, en faveur d’un projet qui implique plusieurs centres hospitaliers en Île-de-France. Les personnes à risque sont vues tous les 3 mois en consultation et bénéficient d’un accompagnement par le milieu associatif. Des tests de dépistage du VIH et des IST à chaque consultation.

 

La Région, premier partenaire de Solidays

« Solidays est un événement unique, parce qu’il n’est pas commercial », a expliqué Valérie Pécresse. « Pour nous, dans Solidays, il y a du sens, a ajouté la présidente de la Région, des artistes formidables, mais aussi un supplément d’âme… Et c’est bien pour ça que la Région donne 800.000€ au festival, c’est un effort qui en vaut la peine. »
Au-delà du divertissement, Solidays est un rendez-vous de débat, de dialogue et deimplication. À travers les conférences éclairantes du Forum Café, les moments forts tels que la Cérémonie d’hommage aux victimes du sida, les rencontres inspirantes avec les 100 associations du Village Solidarité et les 3.000 volontaires du festival, et des expositions aussi instructives que ludiques comme « Sex in the City ». 

 

La Région soutient la recherche 

En termes de recherche, la Région  finance comme Domaine d’intérêt majeur (DIM) la recherche en infectiologie, à la pointe de la recherche contre le sida.
Elle a voté en mai 2017 une subvention de 10.000€ à l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales – France Recherche Nord&Sud Sida-HIV Hépatites), afin de couvrir les frais de 15 jeunes chercheurs franciliens à la conférence internationale sur le sida organisée à Paris en juillet 2017 (IAS 2017).

 

 

Photos : © Hugues-Marie Duclos ; William Alix ; Gettyimages_choja ; Laurent Villeret/Dolce Vita/Picturetank

Tags