La rédaction

La Région agit pour améliorer les transports parisiens

La Région et Île-de-France Mobilités, avec l'ensemble de leurs partenaires, réalisent des investissements sans précédent pour répondre aux attentes des Franciliens en matière de transports. Objectif : rendre ceux-ci plus nombreux, plus propres, plus confortables, plus sûrs, plus accessibles et plus écologiques. Focus sur Paris.

Les déplacements à Paris en quelques chiffres
8 millions de déplacements par jour, soit 20% de l'ensemble des flux en Île-de-France
50% des déplacements se font à pied, 30% en transports en commun
4,2 millions de déplacements par jour entre Paris et la banlieue, dont 70% en transports en commun

Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France et d'Île-de-France Mobilités, l'autorité organisatrice des transports, a réuni les élus parisiens ce 6 novembre pour échanger sur les transports à Paris. La question des transports dans la capitale revêt en effet un enjeu majeur – comme pour toute l'Île-de-France – afin d'améliorer la qualité de vie des Franciliens et de mener le combat prioritaire contre la pollution de l'air.

Sur les près de 10 Mds€ qu'Île-de-France Mobilités dépense chaque année pour faire fonctionner l’ensemble du réseau de transport en commun, plus de 3,2 Mds€ sont destinés au périmètre de la ville de Paris.

La Région a par ailleurs financé en 3 ans 384 M€ de projets neufs dans la capitale et près de 700 M€ si on comptabilise tous les projets franciliens bénéficiant aussi aux Parisiens. Tour d'horizons des actions réalisées et à venir.

Des rames neuves ou rénovées et des nouveaux bus

Du matériel neuf, c’est plus de confort, plus de régularité et moins de pannes. Un effort de renouvellement du matériel roulant sans précédent est en cours.

► C'est fait pour les lignes de métro 2, 5 et 9.

► C'est lancé sur les lignes 7 et 8.

► C'est pour bientôt sur les lignes 14 et 6.

Fin 2018, 244 nouvelles rames sur les 708 commandées d'ici 2021 seront en service sur les lignes A, B, C, H, J, L, K et R.

Par ailleurs, 270 bus propres seront en circulation d'ici la fin de l'année 2018. 1.000 bus électrique ou au GNV ont été commandés pour Paris, soit la plus grande commande de bus propres d'Europe.

Un réseau qui s'adapte aux nouveaux besoins et évolue

En partenariat avec la Ville de Paris, les associations d'usagers et la RATP, la plus importante refonte du réseau bus RATP depuis 70 ans a été lancée. Résultat : un réseau de bus plus simple et plus efficace dans Paris avec 4 nouvelles lignes et 52 lignes améliorées au printemps 2019 pour près de 100 bus supplémentaires. Cette nouvelle organisation permettra également aux quartiers proches du boulevard périphérique de bénéficier d’une offre renforcée.

Le réseau de tram s'étend avec le prolongement du T3b de la porte de la Chapelle à la porte d'Asnières en attendant la suite jusqu'à Porte Dauphine, et le lancement des travaux du T9 de la porte de Choisy à Orly (94).

De même, les lignes de métro 14, 4, 11 et 12 vont être prolongées, tout comme le RER E.

Un réseau plus sûr et plus accessible

La sécurité, qui est une priorité, se renforce : 100% des bus de la RATP et des stations de métro sont équipés de vidéoprotection ; 1.000 agents d'accueil, de sûreté et de médiation sont déployés sur Paris ; 40 équipes de cyno-detection permettent plus de sécurité et moins de retards sur les réseaux RATP et SNCF.

Le numéro d'alerte 3117 (ou SMS 31177) a été étendu au réseau RATP dans le cadre de la lutte contre le harcèlement.

5 nouvelles gares parisiennes sont accessibles depuis fin 2017 (il y en aura 12 d’ici 2021). 100 % des lignes de bus et de tramway parisiens sont également accessibles, de même que la ligne 14 du métro et les RER A et B. D’ici 2024, 268 gares seront rendues accessibles en Île-de-France pour 1,4 Md€. 60 % du réseau ferré seront donc accessibles, ce qui placera le réseau francilien devant Londres et New York.

Des gares plus confortables et plus propres

150 espaces connectés (dont 14 à Paris) dans les gares d’Île-de-France, dont 70 mis en place depuis fin 2017.

200 stations et gares équipées en 3G/4G d'ici fin 2019.

Des toilettes seront en outre installées dans toutes les gares de plus de 5.000 voyageurs d’ici 2021, soit dans 120 gares au total (dont 11 à Paris), contre 46 seulement aujourd’hui. 48 toilettes sont également disponibles dans les stations de métro et RER dans Paris (réseau RATP).

5 M€ supplémentaires vont être consacrés à la propreté du réseau d'ici la fin de l'année. La propreté contribue en effet fortement au confort et au ressenti des voyageurs. Île-de-France Mobilités attribue déjà 85 M€ par an à la RATP pour ses stations, métros, RER, tramways et bus.

De nouvelles solutions de mobilités et une circulation plus sereine

Afin d'encourager la pratique du vélo, la Région a déjà investi sur Paris 9 M€ pour accélérer le plan de généralisation des zones 30 dans de nombreux arrondissements et financer des aménagements cyclables (comme par exemple rue de Turbigo, rue Lecourbe ou encore quai d’Austerlitz). Avec 3 premiers espaces Véligo à Paris (Gare de l’Est, Rosa Parks, Montparnasse), réalisés en fonction des besoins exprimés par la ville, ce sont 193 places mises à disposition pour garer les vélos en toute sécurité à proximité des gares ou des stations de métro.

Île-de-France Mobilités a lancé l’opération « Tous ensemble pour le covoiturage » pour promouvoir ce mode de déplacement. La prime de 2€ qu'elle implique (versée au conducteur ou passager par le biais de 8 plateformes partenaires) a permis de doubler cette pratique qui réduit la congestion et la pollution de l’air liée à l’autosolisme (moyenne de 1,1 voyageur par voiture en Île-de-France). Et le covoiturage est désormais gratuit pendant les épisodes de pollution.

La Région Île-de-France a négocié avec la Ville de Paris des mesures compensatoires à la fermeture des voies sur berge. Il en résulte notamment la création courant 2019 de 1.000 places de parking aux portes de Paris avec un tarif préférentiel pour les abonnés Navigo.

La Région a financé une vingtaine d’opérations de sécurité routière à Paris pour 1,9 M€, soit 50% du montant total, comme par exemple rue Pasquier, rue Saint-Jacques, rue Championnet ou rue Lagny.

Par ailleurs, elle soutient financièrement l’étude visant à réserver une voie sur les quais de Bercy pour les voitures propres et pour le covoiturage en apportant 150.000€ de subvention.

Photo : © Guillaume Binet/MYOP