Violences conjugales : un téléphone pour donner l'alerte

La Région soutient les associations locales qui œuvrent pour la prise en charge des victimes de violences conjugales, notamment à travers le déploiement du dispositif de Téléphone Grave danger (TGD).
Le nombre de femmes de 18 à 75 ans qui, au cours d'une année, sont victimes de violences physique ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel partenaire, est estimé à 225.000.
En 2017, 534 téléphones d’urgence étaient déployés en France métropolitaine

Dans un contexte de violences au sein du couple, il est difficile d’engager des actions de prévention. Le dispositif Téléphone Grave Danger (TGD) est une des réponses d’urgence apportées aux victimes, notamment aux femmes, pour déclencher la venue des forces de sécurité et être mises à l'abri.

Expérimenté depuis 2009 dans plusieurs départements, le TGD, a été adopté au niveau national dans le cadre de la loi n°2014-873 du 4 août 2014, pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes. Une convention nationale a été adoptée en mai 2018 par le ministère de la Justice visant à généraliser ce dispositif.

Dans le cadre de cette démarche, une personne victime de violences de la part de son conjoint ou victime d’un viol peut bénéficier d'un téléphone d’urgence qui lui permet d’entrer en contact avec Allianz Assistance, lequel alerte immédiatement les services de police ou de gendarmerie. C’est le procureur de la République qui est compétent pour délivrer le téléphone d’alerte à la personne à protéger, avec son consentement exprès, lorsqu’elle ne cohabite pas avec l’auteur des violences et que celui-ci fait l’objet d’une interdiction judiciaire d’entrer en contact avec la victime. Le téléphone est attribué pour une durée de 6 mois qui peut être renouvelée tant que dure le danger.

Le Téléphone Grave Danger en Île-de-France
Le déploiement a eu lieu dans l’ensemble des départements franciliens dès 2017. La Région consacre 200.000€ par an à la mise à disposition d'une vingtaine d’appareils par territoire.

Près de 69.000€ ont été engagés par la Région en novembre 2018 pour soutenir 8 associations qui accompagnent les femmes en grand danger, dans le cadre du dispositif Téléphone Grave Danger :
► 1.860€ pour le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles des Yvelines (CIDFF 78),
► 6.000€ pour l’association d’aide aux victimes du département de l’Essonne (MEDIAVIPP 91),
► 12.000€ pour le centre d’accueil et d’hébergement L’Escale - Solidarité Femmes dans les Hauts-de-Seine,
► 13.500€ pour l’association de Seine-Saint-Denis SOS Victimes 93,
► 5.038€ pour l’association du Val-de-Marne Tremplin 94 – SOS Femmes,
► 13.500€ pour pour le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Val-d’Oise (CIDFF 95),
► 6.689€ pour L’association Du Côté des Femmes,
► 10.000€ pour l’association de Seine-et-Marne SOS Femmes 77 (pour lire le reportage réalisé sur cette structure en novembre 2017, cliquez ici).
 

Contacts et ressources 
Vous êtes victime de violence ? Appelez Violences Femmes Info au 3919  
Vous cherchez un lieu d’écoute près de chez vous ? Consultez la carte des structures franciliennes conçue par le centre Hubertine Auclert, pour l’égalité femmes-hommes.
En savoir plus sur l’observatoire régional des violences faites aux femmes.

Tags