20 février 2018

Le cinéma et l'audiovisuel en Île-de-France, un secteur capital

cinéma plein-air-port-aux-cerises
Crédit photo : William Dupuy

Le cinéma et l'audiovisuel en Île-de-France font l'objet d'un investissement de 20,5 millions d'euros par an, pour des productions ciné et TV, des scénaristes, des festivals. Au total, 50 % des tournages français ont lieu en Île-de-France, où ils génèrent plus de 130 000 emplois. Les chiffres clés.

Le cinéma en Île-de-France résumé en une infographie

 

Infographie sur les tournages en IDF

Un soutien accru pour le cinéma en Île-de-France

Soutenir le cinéma en Île-de-France, c'est un levier de sortie de crise, de création d'emplois et un vecteur d'influence pour l'attractivité de la Région.

Pour toutes ces raisons, l'exécutif régional a renforcé, dès 2017, l'aide de la Région au cinéma et à l'audiovisuel.

Depuis, le budget consacré au cinéma en Île-de-France a augmenté pour atteindre 20,5 millions d'euros.

La Région peut ainsi soutenir :

  • 150 fictions, documentaires ou œuvres d'animation par an, pour le cinéma comme la télévision, au stade de la production pour l'essentiel ou de l'après-réalisation,
  • 30 scénaristes,
  • 50 festivals.

Et c’est sans compter son action auprès des jeunes, à travers le dispositif d’éducation à l’image « Lycéens et apprentis au cinéma » (il permet à plus de 46.800 élèves participants de découvrir en « initiés » des films classiques, de genre ou d'auteur, et de rencontrer des professionnels) et la mise en place de près de 100 ciné-clubs dans les lycées.

1 euro d'aide régionale génère plus de 16 euros de retombées économiques en Île-de-France.

La réforme de l'aide régionale au cinéma et à l'audiovisuel adoptée en janvier 2017 permet notamment d'accorder aux films à fort impact économique et à rayonnement national et international une aide financière plus importante qu'auparavant. Un système de bonifications a en effet été mis en place pour les productions engageant des dépenses sur des technologies très innovantes (effets visuels, réalité virtuelle, éco-production...) ou des dépenses de fabrication exceptionnelles par leur ampleur (tournages en studio, constructions de décors ou de costumes particuliers, post-production son et image, fabrication d’un film d’animation). C'est le cas par exemple pour Astérix - Le Secret de la potion magique ou L'Empereur de Paris.

Un pari gagnant quand on sait que 1 euro d'aide régionale génère plus de 16 euros de retombées économiques en Île-de-France. Et que, en accueillant 50 % des tournages français sur son territoire, l'Île-de-France assure un travail à plus de 131.000 personnes (chiffres de 2017).

Les salles de cinéma en Île-de-France